Le mot du critique d'art

Luisa Rampon, intemporelle et contemporaine, unit dans le même temps de la création, la masse hétérogène et première de la matière et l'infinie concentration

de la face humaine. Elle se débarrasse des superflus de l'apparence, et la puissance du métal incarne à vif la mystérieuse énergie de l'existence. Sculpture plurielle,

où l'aigu de la densité étreint la trace chaotique des origines.

L'espace évidé est fendu par une lame visagière qui s'abandonne à la pure présence de l'essentiel.

Formidables tracés de tête, en plaques de chair tranchée, en instance d'éternité.

Christian Noorbergen

Critique d'Art

Texte paru sur le site Critic'Art février 2021

Biographie- Démarche Artistique

Fascinée par le merveilleux de l'Homme, effrayée par ses audaces destructrices, je n'ai cessé d'essayer de comprendre cette dualité.
Espérant une timide réponse à mes questionnements, je passe deux ans aux Beaux-Arts de Valence, puis je quitte la France pour Haïti. Je découvre dans ce 

merveilleux pays aux profondes cicatrices, les danses profanes, sacrées et la culture Animiste. Le Ballet National de Port-au-Prince, en 1988 m'accueille

comme danseuse interprète. De cette riche expérience, je rapporterai le désir de chercher le contact avec les éléments, la nature et bien sûr le rythme.

De retour en France je monte ma propre compagnie de spectacle de rue(Les Tintinnabuleurs)

Pendant 20 ans j'en serais la directrice artistique.
J'ai rêvé des histoires, des scénographies, des costumes, des lumières et les spectacles prenaient forme.
Les animaux comédiens, musiciens nous disaient l'Homme.

En 2009 j'intègre un atelier de volume et terre sous l'enseignement de Jean Patrice Rozand, sculpteur du métal.
Commence alors une profonde et féconde rencontre avec le volume.

A travers la sculpture ma quête se poursuit.
Interroger la dualité, l'espace, le temps, nos mystères, notre mémoire, l'origine, l'émergence de la vie.
Tenter de pénétrer dans les profondeurs de l'être, côtoyer ses méandres, ses zones sombres et celles aussi fécondent.

Aller à la rencontre de ce qui fait l'Homme, et surtout chercher à me confronter sensiblement à l'acte créateur, à la source de la vie.

A travers mon travail, je cherche à convier l'indicible, à nous y confronter .

Luisa RAMPON